Logo LVSN
EnglishAccueil
A proposPersonnesRecherchePublicationsEvenementsProfil
A propos

 

 

 

 

REPARTI

MIVIM

Modélisation interactive : amélioration du processus de reconstruction d’un modèle 3D par la compression en ligne
Maîtrise
Jean-Daniel Deschênes
Patrick Hébert (Directeur)
Problème: La modélisation 3D classique est un processus qui consiste à générer un modèle numérique de la géométrie de la surface d’un objet. Le modèle est encodé à l’aide d’une représentation prenant généralement la forme d’un nuage de points, d’une triangulation ou d’une fonction implicite. Ce processus comprend deux étapes distinctes : la prise de données et la génération du modèle. Si le modèle obtenu est incomplet ou insatisfaisant, on doit ajouter les données requises et générer un nouveau modèle à partir de zéro. Cette dernière étape est généralement longue et retarde l’obtention du modèle désiré. L’objectif actuel en modélisation 3D est de générer le modèle de l’objet en même temps que se fait la prise des données. Cette addition résout le problème énoncé précédemment en permettant à l’utilisateur d’évaluer la qualité du modèle lors de l’acquisition. Ce nouveau type de modélisation est appelé modélisation interactive.
Motivation: En modélisation interactive, la complexité des algorithmes servant à la génération du modèle doit être linéaire avec la quantité de données acquises. Si cette contrainte n’est pas respectée, aucun ordinateur ne sera assez puissant pour maintenir l’interactivité du système lors d’une acquisition continue et prolongée. Au cours des dernières années, le groupe de Vision 3D du Laboratoire de Vision et Systèmes Numériques a déployé de nombreux efforts pour développer une chaîne de modélisation respectant la contrainte de linéarité. La chaîne de modélisation repose sur une nouvelle représentation basée sur les champs vectoriels. Le développement d’algorithmes adaptés à cette représentation a acquis suffisamment de maturité pour permettre la modélisation d’une variété d’objets. L’expérience acquise a cependant montré une lacune de la représentation : sa grande consommation de mémoire. Cette caractéristique limite la taille et la résolution des objets pouvant actuellement être modélisés.
Approche: Mes travaux de recherche visent à repousser cette limite en mettant au point un algorithme de compression en temps réel s’intégrant à la chaîne de modélisation existante. Plus concrètement, l’algorithme choisira automatiquement le niveau de résolution « optimal » pour encoder la surface durant l’acquisition. Ce niveau de résolution optimal sera défini localement en fonction du niveau de détails de l’objet et de la précision du capteur. Ainsi une grande région avec peu de détails pourra ne nécessiter qu’une petite quantité de mémoire, contrairement aux méthodes actuelles. Bien entendu, l’algorithme devra aussi respecter la contrainte de complexité linéaire.
Calendrier: septembre 2005 - septembre 2007
Dernière modification: Oct 1 2007 11:26AM par desche07

     
   
   

©2002-. Laboratoire de Vision et Systèmes Numériques. Tous droits réservés